tshisekedi_kin

Etienne Tshisekedi au stade Tata Raphaël, le 09/07/2005

La grande affluence qu’a connue le meeting organisé par l’UDPS à Kinshasa est venue rappeler à tous les acteurs de la scène politique congolaise le vrai rapport de forces sur terrain. Après la sanglante répression des manifestations du 30/06/2005. Les nombreux combattants de l’UDPS ont tenu à démontrer à la face du monde qu’ils possèdent une volonté inébranlable dans la longue lutte pour l’instauration d’un véritable état de droit. Ils ont surtout infligés un démenti  cinglant aux affabulations de tous les prophètes de malheurs et autres soit-disant spécialistes du Congo qui après la féroce répression des manifestations du 30/06/2005 s’étaient perdus tous en conjecture, allant jusqu’à débiter des inepties dignes de la bonne vieille époque de la forcad.

Notre peuple fait preuve de sa grande maturité.

En se déplaçant très nombreux sur le lieu du meeting, en dépit de toutes les chicanes mises en place par un pouvoir aux abois et qui ne tient plus que par le soutien de l’extérieur, les kinois ont fait preuve là d’une ténacité qui peut déconcerter les observateurs non avertis de la scène politique congolaise. En effet, dans une ville où les gens vivent au jour le jour, les kinois ont bravé la faim et la fatigue due à la longue marche à pieds du à l’absence du transport en commun pour écouter la bonne parole du Leader MAXI MO de l’opposition congolaise. Derrière cet engouement transparaît un message du désir profond de changement. Dans un contexte où le peuple est condamné à la clochardisation par un pouvoir maffieux qui gouverne par défi, il était important que l’UDPS réaffirme ses engagements à continuer à mener le combat pour le peuple. Il est intolérable que le grand fléau de la pauvreté continue à gangrener nos villes en ayant pour conséquence la déstructuration complète de notre société. Tant que l’épineuse question la répartition équitable du revenu national ne trouvera pas de solution. L’injustice qui est érigée en système gestion servira de lit à la frustration qu’éprouve l’immense majorité des laissées pour compte qui arpentent les rues de nos cités.

En refusant la compromission d’aller goûter à la soupe amer du pouvoir fondé sur la médiocratie de « 1+4 », l’UDPS cristallise sur elle les critiques de tous ceux veulent mener au pas de charge un processus électoral qui n’a pour seul but que de légitimer l’actuel ploutocratie au pouvoir. Au diable donc les grands principes démocratiques. Puisque la fameuse communauté internationale jette des millions par la fenêtre au Congo. Il faut absolument organiser les élections, question de se donner bonne conscience. Ainsi Malu Malu, dont les accointances avec le pouvoir Kinshasa ne sont plus qu’un secret de polichinelle peut bomber le torse et défier les forces politiques d’opposition.
Le dix janvier de cette année et le trente du mois passé ont vu culminer la grande frustration éprouvée par les congolais face à l’incurie du pouvoir. Malu Malu continue à faire preuve d’une arrogance qui cache une incompétence doublée de partialité sous l’œil bienveillante de la fameuse communauté internationale.


Les affabulatrices rentrent dans leurs petits souliers.

Les portes voix de pouvoir maffieux de Kinshasa ont observé un silence assourdissant sur le grand meeting de kinshasa. A peine se sont-ils contentés de reprendre les dépêches d’agence de presse et sans plus. Cette fois-ci nous n’avons pas eu droit aux éditoriales et analyses éclairées de nos deux éminentes spécialistes du Congo que vous connaissez tous bien. Pourtant en début de semaine l’une d’elle nous avez gratifié d’un autre publi-reportage sous forme d’interview avec Hyppolite Kanambé dont elle est passée maître ces derniers temps. Nous vous faisons grâce des inepties et autres débilités qu’elle a une fois de plus produit dans son torchon de journal. Aucun mot sur le grand meeting du 9/07/2005 et on continue à clamer sur tous les toits détenir la vérité sur la crise congolaise. Sérieusement, pensez-vous que nous menons la lutte politique au Congo pour nous voir attribuer des notes positives par des étrangers ? Nous vous dénions le droit de faire des affirmations péremptoires sur la tragédie congolaise. Tenez par exemple l’une d’elle a eu le courage d’affirmer dans sa livraison après les manifestations du 30/06/2005 que l’UDPS recrutait ses membres chez les ressortissants du Kasaï. Les kinois qui se sont déplacé en masse au stade Tata Raphaël ont mis à nu les mensonges et contre-vérités de cette grande affabulatrice qui continue à affirmer à qui veut l’entendre être une éminente spécialiste ou experte du Congo, en fait experte sans expertise.

Il sied tout de même de reconnaitre qu'il existe un réel deficit de communication de la part de l'UDPS due certainement à la faiblesse des moyens et cela appele de notre part une profonde autocritique,  ceci est un point de vue partagé par plusieurs observateurs avertis de la tragédie congolaise. Et il prend tout son importance depuis qu'une certaine presse notamment ici en Belgique tenue par des soi-disant spécialistes du Congo, usant de sa grande visibilité a entrepris une vaste campagne de dénigrement et mensonges sur la personne de E. Tshisekedi et notre parti. Nous pensons qu'il est du devoir de tout compatriote nationaliste de faire barrage et ce vaste complot. Aux cotés de Udps.net nous pourrions par exemple utiliser des blogs qui offrent également plusieurs possibilités pour atteindre un large public. Ceci est le combat de tout patriote, car nous ne devons plus permettre aux étrangers de faire des affirmations de manière péremptoires et avec arrogance sur notre pays. Nous, seuls congolais, possédons la meilleure expertise pour décrire la tragédie actuelle que vit notre pays. Débarrassons nous donc de ce complexe de la vérité d'évangile qui viendrait des médias occidentaux.

Ne sous-estimons pas la portée de nos reflexions et ecrits car gardez le silence c'est offrir un espace de libertinage aux affabulateurs et autres vendeurs de chimères sur le Congo. Envoyons leur plutot ce message," Continuez à abuser des faibles d’esprit, le temps des mensonges et des contre-vérités au Congo est passé ". A bon entendeur, salut.