colette_braeckman3

Kalanga Mwana Zaïre alias Colette Braeckman

COMMUNIQUE DE PRESSE



Réf. : RBL/UDPS/DE/061/00

Dans son article publié dans le journal belge Le Soir de ce mardi 19 décembre 2000, Mme Colette Braeckman écrit que M. Tshisekedi, «au lieu dêtre le de Gaulle quon aurait souhaité, ressemble plutôt à Pétain, préférant nouer contact et chercher accord avec les rebelles de Goma soutenus par le Rwanda et lOuganda».

L'opinion se rappellera de tout le bien que Mme Braeckman avait dit de M. Tshisekedi et de toute lOpposition démocratique durant lépoque de Mobutu. Mme Braeckman avait même invité Kabila, à laube du règne de ce dernier - cfr éditorial publié dans Le Soir le 26 mai 1997 - à faire jonction avec les forces démocratiques, à composer absolûment avec M. Tshisekedi, à enrichir et à poursuivre le processus démocratique initié par la Conférence Nationale Souveraine (CNS), sans quoi, avait-elle conclu, Kabila sera à la base dune autre guerre.

L'origine des contre-vérités de Mme Braeckman sur M. Tshisekedi et sur l'UDPS

Quelques temps après que M. Kabila se soit auto-proclamé Président du Congo, Mme Braeckman sollicita, en vain, à Kinshasa, une interview de M. Tshisekedi. Ce dernier lexhorta plutôt à interviewer d'autres responsables de l'UDPS et le Peuple. Dès cet instant, Mme Braeckman a été envahie par une haine viscérale contre M. Tshisekedi et contre l'UDPS - car pour elle, un congolais ne pouvait pas oser refuser de répondre à son interview -, haine quelle est incapable de dissimuler dans ses écrits et de subordonner aux principes élémentaires de la déontologie dun journaliste. Depuis lors, elle a soutenu
Kabila dans sa logique dictatoriale; écrit que les Actes de la CNS étaient dépassés; intoxiqué lopinion avec des contre-vérités sur M. Tshisekedi et sur l'UDPS; traité M Tshisekedi dopposant pathologique; bloqué la diffusion de nos droits de réponse rétablissant la vérité sur ses mensonges; déformé même le contenu de nos communiqués de presse si elle nempêche pas leur publication. Au cours de nos discussions avec elle au téléphone, elle promet de rectifier elle-même la vérité dans ses écrits ultérieurs, mais elle ne le fait pas.

M. Tshisekedi et de Gaulle

M. Tshisekedi a fait un parcours différent de celui de M. de Gaulle, pour qui nous avons dailleurs beaucoup de respect. Le Président de Gaulle avait quitté la France pour sinstaller à Londres doù il sadressait au peuple français. Quant à M. Tshisekedi, il a, lui, les mains nues, affronté Mobutu au moment où ce dernier était au sommet de sa gloire et de sa puissance, en 1980, et il est resté au pays, acceptant emprisonnements, tortures, relégations, expropriations de tous ses biens, bannissements, humiliations... Un combat dur et qui dure jusquà ce jour, mais qui éveille le peuple, limprègne de la culture politique, façonne sa conscience nationale et démocratique et prépare à une victoire populaire
irréversible et à un développement endogène durable. Mais, comme victoire doit être également accompagnée par la communauté internationale, M. Tshisekedi a entrepris un périple afro-euro-américain pour donner plus d'éléments sur la gravité de la crise congolaise. Et dès quil aura atteint lobjectif principal de son voyage actuel, M. Tshisekedi rentra au Congo, par laéroport de Ndjili. Et son retour sera annoncé par les mass médias nationaux et internationaux.

Les contacts de M. Tshisekedi avec toutes les forces en présence

- Le 15 mars 1997, M. Tshisekedi avait adressé une lettre à M. Kabila alors que ce dernier était encore à Goma. Dans cette Lettre, qui a été publiée par la presse congolaise, M. Tshisekedi demandait à M. Kabila dinitier, dès son arrivée à Kinshasa, le dialogue intercongolais pour la mise en place dun cadre juridique, constitutionnel et institutionnel démocratique et consensuel ainsi que la poursuite du processus démocratique.

- Dès larrivée de M. Kabila à Kinshasa, M. Tshisekedi a effectué plusieurs démarches en vain pour voir M. Kabila et conférer avec lui.

- Contrairement à M. Pétain qui avait accepté l'occupation de la France par l'Allemagne et a collaboré avec les occupants, le 23 mai 1997, M. Tshisekedi a invité le Peuple à résister contre la nouvelle dictature et demandé à M. Kabila dorganiser, de façon négociée et en toute transparence, le retour dans leurs pays respectifs, des troupes étrangères qui avaient aidé lAFDL pour une glorieuse victoire. Ce n'est que par mépris pour le peuple congolais que Mme Braeckman ose comparer Pétain à Tshisekedi, car elle sait très bien que le premier a exercé le pouvoir avec l'aide des étrangers et que le dernier a été arrêté et relégué avec l'aide des étrangers.

- Depuis cette date, M. Tshisekedi travaille avec 4 experts mis à sa disposition par lOpposition démocratique et a invité Kabila à mettre, lui aussi en place, une équipe dexperts afin que ces deux équipes rapprochent progressivement les points de vue de deux camps et préparent un Accord politique qui sera finalisé et signé par les Leaders de deux camps. Jusquà ce jour, Kabila na jamais sérieusement répondu à ce souhait. Il a plutôt persévéré dans sa logique dictatoriale et nié même lexistence des troupes étrangères au Congo. Kabila accumula, pendant 15 mois (17 mai 1997-2 août 1998) les ingrédients dun mélange détonant. Et l'explosion e eu lieu le 2 août 1998.

- Dès léclatement de cette guerre inutile pour notre peuple, M. Tshisekedi sérigea contre la guerre et offrit ses services comme médiateur entre M. Kabila et les rebelles. Chacun des belligérants rêvait, en ce moment-là, dune victoire militaire et M. Tshisekedi ne fut pas
écouté. Ce dernier multiplia des appels au cessez-le-feu et au dialogue entre les Congolais et entre les Congolais et leurs voisins, et interpella la conscience internationale à travers
plusieurs documents dont son Plan de paix adressé le 4 septembre 1998 au Secrétaire
Général de lONU et à la Communauté internationale.

- M. Tshisekedi soutint lAccord de Lusaka dès sa signature. Mais, devant les violations de cet Accord et laggravation de la souffrance et de la misère de notre Peuple, M. Tshisekedi
entreprit, le 29 décembre 1999, un voyage à lEtranger pour la paix et la démocratie au Congo.
Il a demandé aux différents décideurs politiques de la Communauté internationale dexercer
des pressions contraignantes sur tous les belligérants et proposé même des mesures concrètes afin dobtenir lapplication stricte de lAccord de Lusaka. Ce voyage est effectué grâce aux cotisations des membres de l'UDPS pendant que Kabila et ses acolytes dépensent largent du Trésor National pour entretenir la guerre, faire le tourisme à l'Etranger et sacheter des villas dans les Capitales occidentales.

- M. Tshisekedi est en contact avec tous les belligérants congolais: Kabila, MLC, RCD/Goma et RCD/Bunia. Il est aussi en contact avec les Chefs dEtat des pays africains militairement engagés dans le conflit congolais ou influents dans ce conflit. Il est aussi en contact avec lOUA, avec les Chefs dEtat des pays de la SADC, avec lUnion Européenne, avec lONU

Conclusion

C'est depuis longtemps que Mme Braeckman a perdu toute crédibilité auprès de tous ceux qui veulent sinformer objectivement sur la crise congolaise et contribuer positivement à sa solution. Comme il n'est jamais tard, nous pensons que Mme Braeckman peut toujours se racheter en informant, de manière responsable, l'opinion sur l'aggravation de la souffrance et la misère de notre Peuple au lieu de continuer la diffusion des mensonges et des contre-vérités.

Fait à Bruxelles, le 19 décembre 2000


Dr François Tshipamba Mpuila
Représentant

Adresses de contact:
- Représentant: Dr François Tshipamba Mpuila,
8 Pachthof, 3010 Leuven, Tél.32-16-259781,GSM 0475-338934
- Représentant-Adjoint: Ir Victor Nzuzi Kabamba
16A Rue de Moscou, 1060 Bruxelles, Tél.32-2-5390536
- Directeur du Cabinet: Dr Ir Grégoire Mbuyi Kamba
48/301 Rue Verte Voie, Tél.32-10-452212
- Fax 32-10-453382
- E-mail: repre.udps.belux@pophost.eunet.be
- Compte: 001-2916880-69