meeting09juillet20055_jpg

La réponse réservée par la CEI à la requête de l’UDPS ne nous étonne guère, tant il est un secret de polichinelle que l’abbé politicien Malu  Malu est agent du pouvoir « 1+4 » placé à la tête de cette fameuse  CEI. Il était à prévoir  que le pouvoir de Kinshasa, surpris par la soudaine implication de l’UDPS n’allait pas tarder à dresser des nouvelles chicanes sur l’implication de l’UDPS dans ce processus électoral. Il est clair qu’une certaine frange des actuels tenants du pouvoir à Kinshasa fondait et continue bâtir toute sa stratégie sur l’exclusion de l’UDPS du processus. Le volte face de l’UDPS a plongé  donc ces  gens là  dans une torpeur au point qu’ils doivent  aujourd’hui revoir tous leurs calculs. Il n’y a pas plus d’un mois l’abbé politicien(Malu-Malu) criait sur les tous toits qu’il réouvrirait aussitôt ses bureaux lorsque le parti de Etienne Tshisekedi manifesterait son intention d’intégrer le processus. Le voici aujourd’hui entrain de nous jouer une autre musique de caisse de résonance du pouvoir maffieux de Kinshasa. Il semble qu’il n’y aurait plus assez d’argent pour procéder aux enregistrements des nouveaux électeurs. Cette attitude  semble  donc avoir piégé l’UDPS. Qu’à cela ne tienne, est-ce que loi électorale prévoit –elle la limitation du nombre des candidats à présenter par un parti politique ? Ou est-il interdit à tout citoyen congolais de se présenter aux élections comme candidat indépendant ? La mauvaise foi  manifeste de l’abbé politicien  Malu Malu  oblige donc les militants et combattants de l’UDPS à se faire tous enrôler comme candidats indépendants aux prochaines élections.  Ce qui serait une situation inédite par laquelle la même CEI qui prétend ne pas avoir assez d’argent aujourd’hui  devra en trouver pour produit un nombre exponentiel de bulletins de vote.